L'entrée du Vieux-Port de Marseille vu depuis le jardin du Pharo le 1° mai 2014

RPVA : J'entends sonner le glas !

 
Il y a, parfois, des articles qui présentent un tel intérêt pour la Profession d'Avocat, qu'il est de salubrité publique de les diffuser le plus largement possible : c'est le cas de celui paru dans la Semaine Juridique du 27 Septembre 2010 qui est ICI en lecture.

Non pas qu'il ne présente pas quelques imperfections ( nul n'est parfait) mais il a le double mérite de retracer un historique assez fidèle tout en relevant les propos des protagonistes, notamment ceux du Président de la Commission Nouvelles Technologies  : Verba volent..... Vous avez noté au passage qu'il prone "ès qualités"  le système NAVISTA et son boîtier  pour l'ensemble des Avocats de Province alors que lui en sera dispensé en tant qu'Avocat parisien.

Vous avez dit "conflit d'intéret" ...?  Non !  pas moi....

Mon Confrère Jean De Valon entend sonner l'alerte : effectivement, il faut se rendre à l'évidence. Puisque le Conseil National des Barreaux ne s'émeut pas -n'en serait-il pas quelque part un peu satisfait ?-  de savoir que 500 Avocats marseillais ne reçoivent plus électroniquement les jugements et autres ordonnances des dossiers qui leurs sont confés par leurs clients et que par ailleurs il ne leur est plus adressé l'équivalent papier, il faut bien que le problème soit réglé d'une manière ou d'une autre.

Revenons donc au papier et suspendons la communication électronique entre le Tribuinal et les Avocats marseillais : certes, ce n'est pas le CNB qui est pénalisé :  ce sont d'abord les Avocats marseillais mais, avec le retour au "tout papier", c'est maintenant le TGI et les Greffiers qui vont en subir les conséquences. Gravement.

Pour un organe de gouvernance, ce n'est pas très responsable et j'invite tous mes Confrères à s'en souvenir lors des prochaines élections..... Il y a actuellement un rapport dit d' "étape" tendant à réformer la gouvernance actuelle sur laquelle il y aurait tant de choses à dire. 

Une chose est certaine : gouverner de cette manière, il faudra que ce soit INTERDIT !  Nous ne sommes pas dans un régime totalitaire quand même.

Un Avocat doit élire son représentant au CNB et ce représentant doit lui rendre des comptes.

Et au passage, je prône que les Assemblées Générales du CNB ( une fois par mois, sauf erreur) soient diffusées en direct sur Internet : c'est techniquement possible et celà doit être.

Pour ma part, j'entends sonner le glas !

Le glas de cette gouvernance qui coupe la France en deux en imposant à la moitié des Avocats un système plus onéreux et plus handicapant qu'à l'autre moitié.

Le glas du boitier Navista et de l'architecture prônée par le CNB qui coupe la France en deux !

Le glas d'une déférence polie des Avocats et des Bâtonniers à l'égard du Conseil National des Barreaux dont les postures sont inverses aux besoins et aux demandes de la Profession. Qui sert donc le CNB ?

Le glas d'un silence qui, loin de servir la Profession, est en train de la condamner à la médiocrité, à l'asservissement, à la disparition même.

Songez-y,  Mes Chers confrères et Messieurs les Bâtonniers : un Avocat qui ne parle pas, qui ne s'insurge pas contre les injustices, qui ne s'oppose pas est un Avocat en train de perdre son âme.

Alors, bientôt il ne sera plus Avocat.................................

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

/* -------------------------------- google analytics--------------------------- */